• Jour 254
    Par Brian Hancock Je n’ai pas pu me résoudre à vous laisser, marins, diplomates, canailles et adeptes de l’Ocean Globe... […]
    Ocean Globe Race
  • Jour 250
    Par Brian Hancock J’ai grandi dans un quartier de classe moyenne, dans une banlieue verdoyante d’Afrique du Sud. Les familles... […]
    Ocean Globe Race
  • Jour 250
    Par Brian Hancock J’ai grandi dans un quartier de classe moyenne, dans une banlieue verdoyante d’Afrique du Sud. Les familles... […]
    Ocean Globe Race

Look apocalyptique du REDSCALE

Si vous aimez les expériences photographiques, la photographie en mode REDSCALE est pour vous!
Mais qu’est-ce que le redscale?

Vous pouvez transformer n’importe quel film couleur pour effectuer de la photographie redscale. Il vous suffit d’avoir un film couleur et une cassette de film 135 vide mais avec toujours un petit bout de film dedans (demander à votre lab qui utilise les minilabs Noritsu et/ou Fuji. Après le développement de film, il reste toujours un bout de film de 10 à 15mm qui sort de la cassette). Donc, votre film couleur (de la Kodak Gold 200 pour mon cas) devient le « donneur » et votre cassette vide devient le « receveur ».

redscaleNormalement, lorsque vous prenez des photos, c’est le côté émulsion qui est exposé à la lumière provenant de l’objectif. En photographie redscale, c’est le contraire, la lumière provenant de l’objectif passera à travers la base du film pour ensuite atteindre les couches RVB de votre film et c’est ce qui donnera la teinte rougeâtre de vos images en mode redscale.

Voici une petite vidéo que j’ai trouvé sur YouTube qui vous expliquera comment préparer votre cassette « receveur » afin de prndre le film du « donneur ».

Pour mes exemples ci-dessous, j’ai utilisé de la Kodak Gold 200 et j’ai fait mes mesures de lumière à 50 ISO et malgré cela, ce n’était pas tout à fait suffisant, je crois que j’aurais obtenu de meilleurs résultats en ayant mesuré la lumière à 25 ISO. Vous aurez compris que faire du redscale ça bouffe de la lumière. Puisque la lumière doit passer à travers la base du film avant d’atteindre la couche d’émulsion, il y a une bonne quantité de lumière qui se perd.

Une fois votre film exposé, vous le développez avec les chimies C41 comme à l’habitude par vous-même ou par votre lab du coin.

Édition Pierre R. Muzas